WEBREVIEW

Étude de la qualité biologique de Oued el-harrach

Depuis quelques années, des prélèvements intensifs d’eau, par pompage et dérivations pour l’agriculture, accentuent l’assèchement des parties avales de la plupart des oueds algériens. En outre, ces oueds sont utilisés comme fournisseurs gratuits de sable et de gravier qui sont extraits de façon irrationnelle. L’exploitation anarchique des gravières déstabilise le fond du cours d’eau qui sera plus facilement arraché lors des crues créant ainsi une pollution mécanique qui élimine de nombreux organismes, réduisant de ce fait la production primaire. Ces perturbations entraînent également une migration vers l’aval de charges excessives en limons et en sels, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la macrofaune benthique. Une étude fine portant sur les macroinvertébrés benthiques de l’oued El Harrach et de ses affluents nous a permis d’évaluer la qualité biologique de ces eaux de surface et leur état global de pollution. Par application de méthodes biologiques combinées aux méthodes physico-chimiques, nous avons montré que ces activités humaines prennent parfois l’allure de catastrophes écologiques vu leurs effets négatifs sur les biocénoses benthiques, d’où une baisse notable de la valeur des indices biotiques enregistrés qui alors ne traduisent plus une qualité de l’eau mais surtout une qualité de milieu. Recherche Agronomique


 
| info visites 2346247

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Agronomie  Suivre la vie du site Recherche Agronomique  Suivre la vie du site Numéro 11   ?

Creative Commons License