WEBREVIEW

Analyse de l’interaction génotype x milieux du rendement de l’orge (Hordeum vulgare L.) : application des modèles AMMI et la régression conjointe

Confrontée à des contraintes d’ordre climatiques et techniques, la production algérienne d’orge est faible et surtout variable dans l’espace et le temps. La sélection de variétés plus performantes est confrontée à la présence d’interaction génotype x milieux significative qui en réduise l’efficacité. La présente étude, conduite sur 4 sites Khroub, Sétif, Sidi Bel Abbes et Saïda, analyse l’interaction génotype x environnements du rendement grain de 12 lignées et cultivars d’orge (Hordeum vulgare L.), d’origines diverses. L’interaction est analysée avec les modèles de la régression conjointe et l’AMMI. Les résultats de l’analyse combinée confirment la présence de l’interaction dont 62.9 et 79.8% sont, respectivement, expliqués par la régression et l’AMMI. La régression identifie deux zones différentes permettant d’exploiter positivement l’interaction ; la première représente le domaine de recommandation de Fouara et la seconde celui de la variété Acsad
176
. L’analyse AMMI indique que la variété Acsad
présente une adaptation générale à l’ensemble des environnements alors que les autres génotypes présentent des adaptations spécifiques permettant de valoriser chaque environnement. L’adoption d’une stratégie, qui exploite positivement l’interaction sur les sites à haut potentiel de production et l’adaptation générale pour les sites au potentiel relativement plus faible, permet d’améliorer le rendement grain de 6%.


Document joint


 
| info visites 3264838

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science et Technologie  Suivre la vie du site NATURE & TECHNOLOGIE  Suivre la vie du site Numéro 05   ?

Creative Commons License