WEBREVIEW

التفجّـع بين أبي بكر الصنوبري وموليار

Nul doute, que tout lecteur de la littérature française classique, remarquera quelle recèle en elle des traits littéraires, qu’on trouve dans la littérature abbaside, tel la ressemblance entre KelilawaDimna, de Abdullah Ibn Al-Moukafa’ (106-142 de l’hégire), et les fables de Jean da la Fontaine (1621-1695).
Et ce que nous avons remarqué, et a attiré notre attention, c’est une grande ressemblance, entre deux textes littéraire, le premier est celui du poète abbasside,Assanawbari (avant 275-334 de l’hégire), et le second celui de Molière (1622-1673).les deux textes ont essayé, de peindre l’état d’esprit, d’une victime à qui ont volé son argent, et que nous avons choisi pour cette étude.
La structure des deux textes, repose sur trois fondements essentiels : le voleur, l’agent volé, et la victime. L’interaction entre ces trois éléments entraine, dans les deux textes, à la tragédie d’une manière qui frôle la similitude, que ce soit par les lamentations, la tension sentimentale, ou les hurlements et la dramatisation de l’évènement, c’est ce que nous allons essayer d’étudier dans cetarticle.


Document joint


 
| info visites 2114852

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Langues et littérature  Suivre la vie du site الخطــــاب  Suivre la vie du site N°20   ?

Creative Commons License