WEBREVIEW

L’Entreprise publique algérienne face aux défis de l’économie du savoir : l’analyse par les théories contractuelles

Les entreprises publiques industrielles algériennes (EPIA) n’ont pas cessé de répondre à la dynamique environnementale et ce depuis 1982. Elles ont procédé à plusieurs restructurations : organique, financière et industrielle. Celles-ci ont causé une perte de compétence par le départ du personnel détenteur du savoir et savoir-faire sans pouvoir le transférer, faute de mise en place d’un processus d’apprentissage au sein de ces entreprises. Par ailleurs, les réorganisations effectuées depuis 1990 ont rendu plus confuse la propriété des EPIA en séparant la propriété de la gestion. Ces formules d’adaptation ont multiplié les relations d’agence. En faisant appel simultanément à la théorie des compétences et à la théorie de l’agence, nous sommes arrivées à la conclusion que la situation des EPIA dans leur environnement actuel et à court terme ne leur permet pas d’œuvrer dans une économie fondée sur la connaissance. Le schéma organisationnel des EPIA ne favorise pas le développement des compétences et la création des connaissances.


Document joint


 
| info visites 2325603

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Economie, commerce et gestion  Suivre la vie du site مجلة الباحث  Suivre la vie du site Numéro15   ?

Creative Commons License