WEBREVIEW

L’apport de L’IDM dans l’administration du cloud computingCas de l’autoscaling

L’informatique utilitaire a toujours été l’ambition de beaucoup de chercheurs, l’arrivée du cloud computing peut être considérée comme une avancée importante pour sa réalisation. En effet obtenir de la puissance informatique comme on obtiendrait
de la puissance électrique en branchant simplement un appareil dans une prise de courant semblait jusque là quelque chose d’irréalisable. La mise en place des clouds et surtout leurs vulgarisations (comparés aux grilles de calcul qu’on associe souvent aux scientifiques avertis) y a largement contribué coté des technologies
de virtualisation qui permettent de donner l’illusion de capacités informatiques infinies. Il reste maintenant, à rendre cette nouvelle manière de consommer les ressources de calcul et de stockage la plus transparente possible. Le concept d’autonomie des systèmes informatiques peut être exploité pour ce besoins précisément.
De manière concise, il vise à les doter des moyens nécessaires pour devenir les plus indépendants possible. Dans le présent article nous nous appuyons sur une approche de modélisation pour traiter d’un cas particulier de l’autonomie des systèmes
informatiques qui est la mise à l’échelle automatique appelée autoscaling ou selfscaling. Nous exposons notre approche pour appuyer l’administration autonome du cloud computing libérant ainsi ses gestionnaires et ses utilisateurs de tâches routinières qui peuvent se compliquer avec l’offre diversifiée du marché actuel.


Document joint


Auteur(s)

Chekaoui Faiza

 
| info visites 2324829

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informatique, science de l’information et bibliothéconomie  Suivre la vie du site RIST  Suivre la vie du site Volume 21  Suivre la vie du site Numéro 2 (Juillet 2016)   ?

Creative Commons License