WEBREVIEW

Contributions Organiques Naturelles et Anthropiques dans un Environnement Evaporitique de la Tunisie Orientale : sebkha de moknine

La sebkha de Moknine fonctionne comme un système oligotrophe loin de toute action anthropique. Le flux de la matière organique autochtone ne semble pas être très important et la matière organique sédimentée est à contribution majoritaire continentale (CO<1%).
Cependant, les rejets continus des eaux usées ont créé des conditions eutrophiques. Les taux assez élevés en nutriments (N 30 - : 10mg1 -1 et p 043 - : 22,87mg’-1, en moyenne) causent une prolifération de phytoplanctons : chlorophytes et cyanobactéries.
Les algues chlorophytes se développant dans les eaux de la sebkha sont caractérisées par une distribution de n-alcanes centrée sur les légers (nC10-nC20) et par l’absence de n-alcanes : nC21 et nC23. La présence de cyanobactéries, indicateur d’eutrophisation est détectée dans les sédiments par la répartition des n-alcanes centrée sur nC18-nC31 sans prédominance de n-alcanes pairs ou impairs. L’eutrophisation semble atteindre les sédiments superficiels du système évaporitique de Moknine. Enfin, l’origine continentale de la matière organique ne se dégage que par l’abondance d’humine.


Document joint


Auteur(s)

Chairi Raja

 
| info visites 2324858

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science de la terre, eau et environnement  Suivre la vie du site Le Journal de l’Eau et de l’Environnement  Suivre la vie du site Numéro 06   ?

Creative Commons License