WEBREVIEW
Accueil > Sciences médicales > Journal de Neurochirurgie > Numéro 03 > Numéro 03

Numéro 03

Articles de cette rubrique


Les Tumeurs De La Région Pinéale A Propos D’une Expérience De 25 Cas

Les tumeurs de la région pinéale représentent toujours un véritable challenge pour le neurochirurgien de part leur accès difficile et leur nature très variée, exigeant des modalités thérapeutiques différentes. Sur une période de quatre ans, nous avons eu à traiter 25 patients, dont 20 adultes avec une nette prédominance masculine et 5 enfants. L’hypertension intracrânienne par hydrocéphalie et un syndrome de Parimand ont été constamment retrouvés. Les explorations ont fait appel à une IRM systématique, et aux marqueurs tumoraux chez 19 patients. Les tumeurs les plus fréquentes sont représentées par les Germinomes (07 cas) suivis des pinéaloblastomes (06 cas). La dérivation
ventriculo-péritonéale préalable a été réalisée systématiquement puis 18 patients ont bénéficié d’un
abord direct de la tumeur par voie sous occipitale transtentorielle. Il y a eu deux décès après
intervention directe et un cas d’hémorragie intra ventriculaire après biopsie stéréotaxique
intervention directe et un cas d’hémorragie intra ventriculaire après biopsie stéréotaxique.



Adenomes Hypophysaires Du Sujet Age

L’adénome hypophysaire est relativement rare chez le sujet âgé. A travers 14 cas recensés chez des sujets âgés de 60 ans ou plus nous nous proposons d’analyser le manifestations endocriniennes,neuroradiologiques et ophtalmologiques.
Au plan méthodologique, nous avons tenu compte des données anamnestiques, de l’examen clinique, des explorations radiologiques (TDM et /ou IRM), ophtalmologiques ainsi que du bilan hormonal.
L’âge moyen de nos patients est de 66,9 ans avec un sex-ratio de 1. Les circonstances de découverte sont les
troubles visuels et / ou céphalées dans 8 cas (57 % ) ; déséquilibre métaboliques (diabète sucré) et
lombalgies invalidantes dans un cas chacun, la découverte est fortuite lors d’une TDM cérébrale pour un
tableau neurologique aigu dans 4 cas (28,57 %). Au plan radiologique il s’agissait de macroadénomes dans la quasitotalité des cas (92,85 %) et dans 28,57 % de cas d’adénomes géants (4 cm).
Pour ce qui est du type d’adénome il s’agissait le plus souvent d’adénome apparemment non fonctionnel. Le bilan ophtalmologique a mis en évidence une atteinte visuelle dans 71 % des cas.
Au plan du retentissement sur l’anté et la post-hypophyse il existe une insuffisance antéhypophysaire partielle ou totale dans 71,42 %, la post hypophyse est intègre dans tous les cas.
De cette étude il ressort que les adénomes hypophysaires du sujet âgé se caractérisent par la prédominance des macroadénomes dont 30 % sont des adénomes géants ce qui explique la fréquence du retentissement ophtalmologique et de l’insuffisance antéhypophysaire, et dans 30 % des cas
l’adénome est découvert lors d’une imagerie pratiquée devant des troubles neurologiques aigus.



Les tumeurs de la Région Suprasellaire A Extension dans le Troisieme ventricule les alternatives d’exérèse

Les lésions localisées au niveau de la région suprasellaire à extension dans le troisième ventricule et ceux naissant du plancher du V3 posent un problème d’abord chirurgical ; les alternatives d’exérèse sont multiples, elles dépendent de la nature de la lésion, de ses limites, de son volume et
de l’expérience du chirurgien.
Nous présentons une série de 12 patients qui présentent des lésions suprasellaires à extension intraventriculaires ou naissant du plancher du troisième ventricule.
Les lésions sont représentées par 6 craniopharyngiomes, 5 gliomes hypothalamiques et 1 tératome.
L’abord a été basal avec ouverture de la lame terminale 8 fois, haut transventriculaire 2 fois et mixte associant les 2 approches dans 2 cas. Il n’y a pas eu mortalité, mais 4 cas de diabète insipide dont 2 transitoires.



Introduction A La Stéréotaxie

Jusqu’au début des années 1980, de nombreux travaux ont été publiés sur la stéréotaxie fonctionnelle se basant sur des techniques de repérage par la ventriculographie et les Atlas de stéréotaxie avec comme référentiel la ligne bi-commissurale CA-CP. L’avènement du CT scanner a fait étendre ces techniques vers le diagnostic et la thérapeutique stéréotaxique en particulier dans la pathologie tumorale cérébrale. Ces techniques se sont maintenant banalisées et totalement intégrées dans tout service de neurochirurgie moyennement équipé.
Il nous a semblé utile de rappeler ici les grands principes de la Stéréotaxie, les différents systèmes existants, ses nombreuses applications en pathologie neurochirurgicale et préciser ses diverses indications.



Le Téléphone Mobile est-il dangereux pour le Cerveau ?

Chaque fois qu’apparaît une nouvelle technologie émettrice de rayonnement, se pose la question de sa dangerosité pour la santé de l’homme ; c’est le cas actuellement du téléphone mobile.
qu’est-ce qui fait la dangerosité des rayonnement ?, pour quoi les phénoménes d’ionisation sont-ils dangereux ?, qu’en est-il pour le téléphone mobile ?, qu’en est-il des effets tardifs dus a une exposition chronique ?



Lipomyelomeningocele associe à un membre Surnumeraire. A propos d’un cas

La lipomyéloméningocèle fait partie des dysraphies spinales fermées (DSF), pouvant ou non s’accompagner de signes neurologiques qui dictent la conduite thérapeutique.
Nous rapportons le cas d’une fillette de 04 ans qui présente une lipomyéloméningocèle sans signes neurologiques mais qui a la particularité exceptionnelle d’être associée a un membre surnuméraire.
Cette patiente a été opérée dans un but esthétique d’abord, mais aussi dans le but d’atténuer les conséquences psychologiques pouvant retentir sur l’enfant.



Kyste Epidermoide hemispherique droit (cholesteatome - tumeur perlee) A propos d’un cas et Revue de la Littérature

Le kyste épidermoïde (KE) hémisphérique est une entité anatomo-clinique très rare, particulière par son aspect radiologique, histologique et par son pronostic très favorable.
Nous rapportons le cas d’un kyste épidermoide (KE) hémisphérique temporo-pariètal droit, documenté par la tomodensitométrie et l’Imagerie par Résonnance Magnétique avec étude anatomopathologique, chez un patient de 26 ans. L’exérèse totale a été totale et a permi une évolution
très favorable.



| info visites 2118750

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sciences médicales  Suivre la vie du site Journal de Neurochirurgie  Suivre la vie du site Numéro 03   ?

Creative Commons License