WEBREVIEW
Accueil > Agronomie > Recherche Agronomique > Numéro 08 > Numéro 08

Numéro 08

Articles de cette rubrique


Evaluation Preliminaire Des Caracteristiques

L’essai entrepris a pour but d’évaluer la variabilité existante au sein de quelques individus de palmiers dattiers mâles ou dokkars de la région du Touât. Cette étude fait appel aux mesures du nombre de fleurs par épillet, la longueur d’épillet ainsi que le taux de germination in vitro et de viabilité du grain de pollen. Les résultats obtenus démontrent une Variabilité entre les individus étudiés et déterminent l’importance des paramètres morphologiques étudiés ainsi que celle des tests de germination in vitro et de coloration pris en compte à fin de déceler les différences existantes entre les différents dokkars. ces phytogénétiques, CRP Mehdi Boualem, Baraki, Alger



Somatic Embryonesis And Suspension Cultures

Les embryons excisés de la Deglet Nour, Takerboucht et Tagaza ont initiés du cals embryogènes et ce quelque soit les substances de croissance utilisées. Des différences génotypiques sont cependant notées . Le cal globulaire et friable est utilisé pour obtenir des suspensions cellulaires. Les différentes substances de croissance testées ont permis l’établissement et la prolifération des cultures cellulaires . Le taux de germination obtenu qui devait démontrer la totipotencie des cellules s’est avéré faible



Caractérisation, Evaluation de la qualité de la datte et identification des cultivars rares de palmier dattier de la région des Ziban

19 L’étude a porté sur la caractérisation physico-chimique et l’identification des cultivars de dattes rares (58) de la région des Ziban. Ces cultivars sont à l’état d’abandon. Dans cette étude, on a essayé de classer ces cultivars selon la qualité de leurs fruits. Cette classification a montré que la plupart de ces cultivars présente une combinaison de bons et mauvais caractères du fruit. Ainsi sur les 58 cultivars étudiés, uniquement huit d’entre eux (DGUEL-MOUSSA, DGUEL-DAIM, MEZITH, TABESRITH, ROTBET-BAKHLLILI, R’BIBET-EL-GHARS, GUELBECHA et D’GUEL-LARBI) présentent une bonne qualité physique et biochimique du f ruit : • Longueur de la datte élevée (3,6 - 4,4 cm). • Poids de la datte et de pulpe élevé (8,3 - 14,0 g). • Diamètre de la datte élevé (1,8 - 2,3 cm). • Une teneur en Eau comprise entre (11 - 28 % ), à la limite acceptable. • Une teneur en sucres totaux élevée, supérieure à 70 %. Ces cultivars méritent une attention particulière et une valorisation afin de leur donner la place qui leur revient sur le marché. Aussi, l’analyse factorielle des correspondances (A.F.C) et l’analyse en composantes principales (A.C.P) ont montré des variations inter géniques entre cultivars. Cette variation est due à plusieurs facteurs (Couleur, Consistance, Poids, Longueur et Diamètre de la datte, Eau, Sucres réducteurs, Saccharose et Sucres totaux ). Chaque facteur et la combinaison de certains de ces facteurs permettent de classer ces cultivars en plusieurs groupes. Biskra



Digestibilité « in vitro » de la matière sèche des sous-produits du palmier dattier chez le dromadaire et le mouton

L’étude de la digestibilité « in vitro » de la matière sèche des sous-produits du palmier dattier, chez le dromadaire et le mouton a montré que les Camelins digèrent mieux les aliments ligno-cellulosiques pauvres (palmes sèches et pédicelles de dattes), que les ovins, contrairement aux aliments concentrés (rebuts de dattes) qui eux, sont mieux digérés par ces derniers.



Utilisation prolongée d’une paille traitée à l’urée ou à l’ammoniac : effets sur les performances zootechniques des brebis

La valorisation de la paille par le traitement aux alcalis (ammoniac ou urée) est maintenant bien connue. Cependant, les problèmes de toxicité et l’effet sur les paramètres zootechniques, suite à son utilisation de longue durée restent encore en discussion. Dans cette étude, nous avons essayé d’évaluer en station, sur trois cycles de reproduction, l’utilisation de la paille traitée à l’urée ou à l’ammoniac par la brebis de race Ouled-Djellal. Les résultats relatifs aux performances zootechniques sont comparés à celles obtenues avec des sujets de la même race alimentés de paille non traitée. Correctement complémentée, la paille traitée à l’ammoniac agit positivement sur les performances de production et de reproduction durant les 3 mises bas. En revanche, l’effet positif du traitement à l’urée ne se manifeste que durant les 2 premières mises bas puisque au cours de la troisième mise bas, une mortalité élevée des agneaux (58%) et des brebis (42%) est observée. Ainsi, l’hypothèse de la toxicité des pailles, suite à une utilisation prolongée ne se confirme que pour le traitement à l’urée



Effets comparés des saisons d’été et d’hiver sur l’efficacité du traitement de la paille de blé dur à l’urée

Le traitement à l’urée augmente la teneur en matières azotées totales de la paille de 3,3 à 10,8% avec le traitement d’été (PTUE) et de 3,3 à 9,3% avec le traitement d’hiver (PTUH) L’amélioration des quantités ingérées est de 42,8% avec la paille PTUE et 40,0% avec la paille PTUH pour des moutons adultes. Chez des agneaux en croissance, cette augmentation des quantités ingérées n’est que de 19,8% avec la paille PTUE et seulement de 8,2% avec la paille PTUH. Cette différence dans l’ingestion des pailles serait dûe à la quantité de compléments distribuée plus élevée aux agneaux qu’aux moutons et au phénomène de substitution plus élevé avec la paille PTUH moins riche en azote que la paille PTUE. Les traitements d’été et d’hiver améliorent la digestibilité de la paille traitée dans les mêmes proportions par rapport à la paille non traitée. Le croît réalisé par les agneaux est un peu plus élevé avec le régime renfermant la paille PTUE (103 g/j) qu’avec le régime renfermant la paille PTUH (96 g/j) à même niveau de complémentation et, est comparable à celui du régime renfermant la paille PNT (103 g/j) mais avec une complémentation moins importante. Les régimes renfermant la paille PTUE et PTUH permettent une économie alimentaire de 8 et 15% par kg de croît. onomie de Dijon (INRA) - France



Eléments de situation des productions animales et du secteur avicole en Algérie

Le secteur avicole industriel a subi un développement très important en Algérie. Il participe avec plus de 50% à la couverture des besoins en produits alimentaires d’origine animale. Dans cette étude la situation de l’aviculture est analysée au sein du secteur plus global des productions animales. Sur la base de données statistiques d’une assez longue période, un ensemble de critères a été utilisé dans une approche comparative avec d’autres pays. L’objectif étant d’apprécier l’efficacité du développement de ce secteur.



Identification de la variabilité génétique visible de la population caprine des Aurès

Le présent travail de recherche a pour objet de définir le profil génétique visible de la population caprine des Aurés . Sur la base de huit caractères choisis selon les normes déterminées par LAUVERGNE (1985,1988) et LAUVERGNE et al. (1987), un échantillon de 245 chèvres dont l’âge minimal est d’une année, a été étudié sur différents sites des Aurés (montagne , plaines). La population des chèvres des Aurés présente un profil de type traditionnel vu son polymorphisme phénotypique apparent pour certains caractères , néanmoins marqué par une fixation du caractère longueur des oreilles (allèle sauvage) et une prédominance probable des hétérozygotes à poil mi-long . e de l’agricultur



| info visites 2118750

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Agronomie  Suivre la vie du site Recherche Agronomique  Suivre la vie du site Numéro 08   ?

Creative Commons License