WEBREVIEW
Accueil > Agronomie > Recherche Agronomique > Numéro 11 > Numéro 11

Numéro 11

Articles de cette rubrique


Étude de la qualité biologique de Oued el-harrach

Depuis quelques années, des prélèvements intensifs d’eau, par pompage et dérivations pour l’agriculture, accentuent l’assèchement des parties avales de la plupart des oueds algériens. En outre, ces oueds sont utilisés comme fournisseurs gratuits de sable et de gravier qui sont extraits de façon irrationnelle. L’exploitation anarchique des gravières déstabilise le fond du cours d’eau qui sera plus facilement arraché lors des crues créant ainsi une pollution mécanique qui élimine de nombreux organismes, réduisant de ce fait la production primaire. Ces perturbations entraînent également une migration vers l’aval de charges excessives en limons et en sels, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la macrofaune benthique. Une étude fine portant sur les macroinvertébrés benthiques de l’oued El Harrach et de ses affluents nous a permis d’évaluer la qualité biologique de ces eaux de surface et leur état global de pollution. Par application de méthodes biologiques combinées aux méthodes physico-chimiques, nous avons montré que ces activités humaines prennent parfois l’allure de catastrophes écologiques vu leurs effets négatifs sur les biocénoses benthiques, d’où une baisse notable de la valeur des indices biotiques enregistrés qui alors ne traduisent plus une qualité de l’eau mais surtout une qualité de milieu. Recherche Agronomique



Étude morphologique et caryologique de quelques

Dans le cadre de l’évaluation et de la valorisation des ressources phytogénétiques d’intérêt fourrager et pastoral, 06 populations spontanées ont fait l’objet d’une étude de comportement à la station expérimentale de Guelma (Est de l’Algérie). Ce travail a été complété d’abord par une étude biométrique portant sur les infrutescences, les gousses et les graines, puis par une étude caryologique. Les résultats de l’analyse de variance ont montré l’existence d’une variabilité intraspécifique. L’étude morphologique a révélé deux types d’infrutescences (I et II). L’étude caryologique a mis en évidence un nombre chromosomique unique chez cette espèce, soit, 2n = 2x = 16. L’analyse des relations avec quelques uns des facteurs du milieu d’origine (pluviométrie, altitude, longitude, latitude) montre que l’altitude, la latitude et la longitude ont une influence sur le comportement des populations alors que la pluviométrie ne semble pas intervenir sur le développement de cette espèce. Recherche Agronomique



Effets de quelques opérations culturales

L’étude menée au niveau de la région de Oued-Righ portant sur les effets de quelques opérations culturales (Pollinisation, ciselage, limitation, ensachage ) chez la variété Deglet-Nour portant sur les paramètres, nouaison, rendement et qualité de la datte a abouti aux résultats suivants : - Les quatre types de pollen utilisés n’ont présentés aucun effet significatif. - La suppression de 35 - 40 % de fleurs au moment de la pollinisation donne des dattes de haute qualité mais provoque une chute des rendements évaluée à 19 %. - L’étude comparative de la limitation et du ciselage de 35 - 40 % de fleurs au moment de la pollinisation montre qu’il est préférable d’opter pour la deuxième opération. - L’ensachage par le polyéthylène au stade début Bser se manifeste par une légère augmentation des rendements, une amélioration de la qualité de la production dattière et une précocité de maturation atteignant une vingtaine de jours. Enfin, l’étude de l’opportunité économique du ciselage montre que la plue value de la récolte engendrée par l’amélioration de la qualité de la datte compense largement les pertes induites par la chute des rendements. ield, Quality of the date



Évolution de la valeur nutritive des chaumes de blé dur

Les chaumes étudiés sont constitués en moyenne de 69% de tiges, 21% de feuilles et 10% de grains. Leur teneur en matières azotées totales avec 4,7% est plus élevée que celle observée généralement avec la paille de blé dur avec 2,5 à 3,3%. Les brebis gestantes broutent d’abord les grains, les tiges peu lignifiées et les feuilles et enfin, les tiges plus lignifiées. Ce comportement alimentaire modifie la composition chimique des chaumes restés au sol, ce qui diminue la digestibilité de la matière organique (DivMO) de 9,8 points (53,4 à 43,6%) et de la cellulose brute (DivCB) de 10,4 points (56,6 à 46,2%) pour un séjour de 48 jours et une charge animale de 1 brebis pour 1 hectare. Le gain de poids vif moyen quotidien par brebis est de 112 g avec un pic de 150 g à la fin de la 3ème semaine de pacage. stubbles, nutritive value, evolution, full ewes, weight gain



Installation des caisses locales du crédit mutuel

Cet article a pour objet d’étudier l’installation des Caisses Locales de Crédit Mutuel Agricole (CLMA), au niveau de trois Wilayate du Centre du pays (Blida, Tipaza et Boumerdès). Le travail est effectué sur la base des enquêtes réalisées auprès de ces Caisses, complétées par des sondages réalisés sur un échantillon de 10% de la population des Adhérents. Après une analyse très sommaire des principes et du modèle d’organisation retenu, le texte examine ensuite la structure de la composante des Membres Fondateurs ainsi que le taux d’adhésion enregistré. Les auteurs tentent, dans une dernière partie, de repérer les profils des Adhérents. Les premiers résultats de ce travail - qui se poursuit - mettent en évidence, d’une part un certain nombre de caractéristiques des stratégies et des pratiques de financement spécifiques des différentes catégories d’exploitants (EAC non éclatées, EAC éclatées, EAI, Anciens Privés) ; d’autre part, des contraintes liées aux données propres à la situation de transition du Secteur de l’Agriculture (nouvelle réforme foncière en attente, transformations accélérées de l’environnement socio-économique). La réactivation du processus engagé de mise en place du Crédit Mutuel Agricole, qui a accusé des retards, passe par l’établissement d’un état des lieux complet et objectif, et par la levée des contraintes, pour être en mesure de répondre aux besoins extrêmement urgents des producteurs



Le financement non institutionnel dans l’agriculture

Le financement non institutionnel (formel et informel) des exploitations agricoles supplée aux défaillances du financement institutionnel (en particulier bancaire). La forme la plus importante est l’autofinancement suivie par l’emprunt à des particuliers, la vente sur pieds avant maturité de la récolte, le crédit fournisseur et différents types d’associations avec partage de la production. Les formes dépendent parfois des conditions locales et des types de cultures et d’exploitations



| info visites 2324875

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Agronomie  Suivre la vie du site Recherche Agronomique  Suivre la vie du site Numéro 11   ?

Creative Commons License